Nous avons atterri le 7/01/2018 sur Antananarivo à Madagascar.
Les photos de ce post n'ont rien à voir avec le sujet, la plupart du temps...



Suite au cyclone qui avait sévi sur Mada, juste avant notre arrivée, nous avons dû attendre à Antsirabe avant de pouvoir rejoindre Fianarantsoa, 5 jours plus tard.
 


Mini grenouille dans les mains de Noé


Il nous a fallu quelques jours de paperasses administratives (visas) et scolaires (pour les enfants) pour pouvoir découvrir le dispensaire et son fonctionnement.



La situation n'est pas glorieuse. Il y a quelques patients par jour que l'on peut compter sur les doigts des mains, des salariés qui ne sont pas payés depuis plusieurs mois et des locaux à rafraîchir.



Manuela a très rapidement commencé son métier de sage-femme et a découvert sans grande satisfaction qu'elle devait remplacer dans quelques semaines la sage-femme enceinte de 9 mois qui vient d'accoucher jeudi dernier. Elle nous a appelés à 5h20 et à 5h50 elle a accouché. Primipare qui nos a appelés qu'à dilatation complète. On ne l'a pas entendue accoucher. Les femmes betsileo mettent tout leur honneur à accoucher sans un bruit. Impressionnant. Bébé de 2300g rentré à la maison 8 heures après la naissance contre l'avis de Manuela qui est allée lui acheter une boite de lait.
Lalaïna et son garçon au prénom imprononçable pour des français débutant le malgache


Bien que nous ayons commencé les leçons de malgache que nous prenons tous les 2  jours, la population ainsi que les salariés parlent en grande majorité malgache, ce qui ne sera pas le cas de Manuela d'ici quelques semaines, rendant les consultations prénatales et les accouchements bien compliqués. Nous optons pour embaucher une sage-femme à mi-temps pour répondre au téléphone la nuit et seconder Manuela lors des accouchements qui ont toujours lieu la nuit.



Nous avons contacté la mutuelle Harena, sur une idée de Manuela, qui propose contre 30 000 ariary (7€80) par an, une réduction de 70 % sur les consultations médicales, la pharmacie et les bilans sanguins pour tous les membres de la famille.


Nous devons signer un partenariat avec eux vers la mi-février.


Notre Karengy, la seule voiture malgache.
Nous revivons depuis que nous avons une voiture car avec les enfants c'était galère !


Le deuxième axe va être de faire de la publicité pour le centre de santé.


Nous avons été surpris du nombre de personnes, résidant dans le quartier qui nous demandent quand il y aura un dentiste ou une maternité dans le centre Padre Pio !!!


Nous allons donc commencer par mettre des panneaux pour indiquer le lieu car beaucoup d'autres ne situent pas le centre de santé.


Nous ferons un message à la radio, par camion publicitaire, par la paroisse le dimanche, par le Fonkontany (chef du village).
Manuela est déjà partie à deux reprises faire du porte à porte avec une étudiante en médecine parlant français dans le quartier et distribuer un flyer qui reprend toutes nos activités, les tarifs et la présentation de cette mutuelle.
Et aujourd'hui, nous avons battu des records de fréquentation.
C'est encourageant pour les efforts que l'on fournit. 


Le troisième axe est la création d'un laboratoire d'analyses sanguines qui a ouvert aujourd'hui officiellement.
Manuela en laborantine


L'infirmier du dispensaire se forme depuis plusieurs semaines au centre diocésain de santé pour apprendre à faire les sérologies de base (TPHA, Bilharziose, Cysti, Aslo, WF, …).


J'ai rencontré pour ma part le Père Théophile, responsable du centre, afin de consolider notre partenariat et nous avons commandé le matériel et les réactifs nécessaires auprès d'eux pour démarrer, à la livraison de tout cela, le laboratoire à Padre Pio.


J'ai également commencé au laboratoire à apprendre ces sérologies, ainsi que l'hématologie pour soutenir notre infirmier qui exprime de la peine à les effectuer. Cette nouvelle activité au sein du dispensaire devrait attirer davantage de patients qui n’auront plus besoin d’aller en ville.
Je sais maintenant faire des ECBU (urines) et des PV (vagin) que je prescrivais auparavant et désormais que je réalise au labo.



Nous avons cherché à relier le dispensaire par la fibre ou l'ADSL mais après étude du fournisseur Telma, il refuse pour « coût trop important » malgré une prise en charge aux 2/3 par le client.


Il nous faut trouver 5 futurs clients pour qu'ils acceptent de lancer les travaux.


Cela permettrait bien sûr d'avoir un accès internet pour faciliter les liens avec la France mais nous avions également pensé faire une sorte de cyber café dans une des salles inoccupées pour tous les gens du quartier afin de faire connaître le centre, et rapporter de l'argent à Padre Pio. Cela aurait bien fonctionné car les habitants sont obligés de se rendre en ville (30 min au minimum) pour avoir accès à internet ou même faire des impressions. Nous allons continuer de rechercher quelques familles aisées du quartier qui seraient intéressées !


Les charrettes que les malgaches poussent en pleine montée chargées à bloc !!!


L'accès au centre est un des problèmes de la fréquentabilité du centre car les bus ne viennent plus à cause de la route trop abîmée. Après un devis exorbitant (7000€) pour refaire la route, nous avons opté pour écrire une lettre au Fonkontany afin que lui-même écrive au maire et fasse jouer le motif du cyclone qui a abîmé la route et pour ainsi faire une demande à l'Etat. On peut toujours rêver, cela ne coûte pas cher !


D'autre part, nombreux sont ceux qui prennent cette route et tout le monde doit alors devrait participer, surtout les deux scieries qui la détruisent avec leurs énormes camions.
Il y a deux jours nous avons appris qu'il y allait certainement avoir un commissariat de police deux 200m plus haut que le dispensaire. Si l'information se confirme, cela veut dire que la route sera refaite. Quelle chance !!!
Cours de pèche improvisé entre enfants


Nous avons deux partenaires que nous avons rencontrés (le CERES et l'école Renée Cassin) qui souhaitent emmener leurs enfants au centre, notamment pour le dentiste. Cela représente plusieurs centaines d'enfants.



Ces derniers jours, nous avons engagé des travaux de réfection notamment des boiseries des fenêtres de la maison des bénévoles, en très mauvais état et ne pouvant plus attendre et quelques travaux de peinture au niveau du dispensaire afin de lui redonner de l'attrait.

Avant
Après
Nous attendons avec impatience l’échographe pour proposer ce nouveau service au sein du centre de santé. Comme cet échographe est très récent, nous le louerons à certains spécialistes notamment pour des dopplers quand nous ne l’utilisons pas, de sorte à faire rentrer encore de l’argent pour le centre.


Nous avons trié dans une salle beaucoup de matériels non utilisés qui ont une valeur marchande et nous avons descendu un forceps, un ambu pour la réanimation des nouveaux-nés, des spéculums et autres pinces qui prenaient la poussière et nous vendrons tout ce qui ne sera pas utile ainsi que l’échographe, muni de ses trois sondes en panne, comme avaient commencé de le faire Marie et Armelle.



Pour terminer suite à ce premier mois, nous avons du travail, encore plein d'idées et de partenariats à développer !